Éditorial du N° 2

Déjà le numéro deux ! Le succès populaire du premier numéro de Déconnométrica s’est prolongé avec plusieurs soumissions de haut niveau, dont certaines ont été retenues et font l’objet de cette seconde livraison.

Les vacances approchant plusieurs articles retenus traitent du sujet : le transport vers le sud, avec le projet de viaduc Mai-Août, et le lieu de vacance par excellence : la plage. Leur lecture vous invitera à multiplier vos observations et à approfondir votre réflexion sur les tenues vestimentaires féminines idoines, avant de vous endormir au soleil, l’esprit au repos.

Nous indiquions dans l’éditorial du premier numéro que : « Afin de satisfaire aux standards les plus exigeants de la Profession en termes d’aveuglement moutonnier, les textes publiés dans déconnométrica le sont généralement de manière anonyme, et seuls les noms des rapporteurs sont éventuellement livrés au public. » Cette position de principe a pu heurter, et il est vrai qu’elle négligeait peut-être hâtivement certains traits psychologiques répandus parmi nos honorables collègues. Plusieurs textes de ce numéro sont donc signés, et vous aurez plaisir à reconnaitre certains de vos auteurs préférés : Germaine de Clidu, Jacques-Francis Lemieux, Monica Bartolucci… En tout cas, eux aiment ça.

Le comité éditorial accepte toujours les chèques et, plus que jamais, la revue ne souhaite recevoir aucune information concernant les soutiens financiers dont auraient bénéficiés le ou les auteurs.

Bonnes vacances, bonnes lectures, et n’oubliez pas de soumettre vos meilleurs pages à la revue, et de citer abondamment ses articles.


Télécharger le Numéro 2: DekaNo2_2018_06_20

L’évolution des comportements sociaux

Par Madame le Professeur Germaine de Clidu

Emeritus Professor in Deconnometrics[1]

(Première version proposée en 1938, 128ème version acceptée le 25 Décembre 2017 [2])

1 – Comme le remarque Dennett (1984), la question du libre arbitre est une des questions philosophiques qui peut difficilement être évitée. Si cette dernière nous préoccupe autant, c’est parce qu’elle touche à des questions profondes et centrales concernant notre situation dans l’univers. Et ces questions n’ont cessé de nous préoccuper malgré les efforts déployés par les philosophes pour nous persuader que certains des épouvantails qu’ils ont inventés pourraient en constituer une réponse.

L’un de ces épouvantails reposerait sur la considération suivante : si le déterminisme est vrai, si tous les événements physiques sont déterminés par la somme de tous les événements qui les ont précédés, de quelle manière pourrions-nous être libres de nos choix ? Il semblerait alors que nos processus de délibération ne pourraient être que mécaniques, nous conduisant à nous comporter comme des automates, de la même façon que les insectes.

Continuer à lire … « L’évolution des comportements sociaux »