Les Petites annonces de DECONNOMETRICA

Les Sardouilles tiennent à remercier les pas moins de 40 millions d’auditeurs de Radio France Internationale qui, suivant le fuseau horaire, on interrompu leur petit-déjeuner, apéritif, déjeuner, gouter, apéritif, dîner, liqueur ou souper, pour chanter avec eux samedi 8 juin 2019 lors de l’émission Eco d’ici, éco d’ailleurs. [PA2019-002]

Du côté des artistes : Nouvelles de la scène poétique et musicale

C’est en toute discrétion et sans annonce tonitruante que les Sardouilles se sont invités, le 9 Juin 2019 dans l’émission de Jean-Pierre Boris sur Radio France Internationale Eco d’ici, éco d’ailleurs pour un épisode intitulé « L’économie est-elle soluble dans l’humour ? » (Pour l’écouter, cliquez ici ou sur le logo). Leur prestation a au moins permis de mettre en valeur les vrais artistes participant à l’émission : le groupe Les Goguettes en trio (mais à quatre).

Humour raffiné, textes tranchants, idées neuves, accompagnement musical sobre et précis, voix justes, ces jeunes gens talentueux n’ont peur de rien et s’attaquent avec succès aux plus grands problèmes économiques et sociaux : la politique fiscale, le chômage classique, la relance keynésienne, les passages piétons…

Plus que jamais s’applique le dicton : « La critique est aisée, l’art est difficile. » Jean-Pierre Boris et Jézabel Couppey-Soubeyran, stimulés par une partie du comité de rédaction de Déconnométrica ont pu aller au fond des choses, sans tabou : La dé-pensée est-elle nécessairement critique comme la déconnomie est paradigmatique? La musique est-elle aisée ? L’économie est-elle un art ? mineur ou Majeur ?

Éditorial du N°3

Déjà le numéro trois ! Après une année d’existence officielle, DECONNOMETRICA continue de labourer son champ, de creuser son sillon, de planter ses graines dans la terre aride de la pensée, d’approfondir son engagement au service du savoir, de retourner la glaise et la roche, croisant les vers de terre, les taupes et les rats musqués, tous les habitants du monde d’en bas nés du pourrissement des cadavres tombés dans la poussière. Retenant des hoquets nauséeux, DECONNOMETRICA s’enfonce pour vous dans l’humus matriciel et fétide de la science inhumaine et sociale.

Suite à certaines polémiques, il nous faut redire ici que, plus que jamais, la revue ne souhaite recevoir aucune information concernant les soutiens financiers dont auraient bénéficié le ou les auteurs des articles publiés. Cependant, ce point ne doit pas empêcher les lecteurs de soutenir leur revue (secrètement) préférée sous la forme de divers ragots, médisances, sous-entendus et délations. Nous remercions nos lecteurs les plus actifs qui se sont manifesté dans ce sens et ont participé à ce nouveau numéro. Nous nous engageons à ce que les informations ainsi collectées ne fassent l’objet d’aucun traitement statistique et ne soient utilisées qu’à des fins de chantage strictement personnalisé : Non aux algorithmes, l’humain d’abord. Et participez à notre grande enquête nationale et représentative…

N°3 à Télécharger : DekaNo3_2019_03_27

Méthodes avancées d’extension du curriculum vitae

Le curriculum vitae (CV) matérialise toutes les facettes de l’esprit scientifique contemporain. La science d’aujourd’hui est productiviste, élitiste et virale ; en contrepartie, le CV du chercheur se doit d’être long et dense, d’inclure des titres de revues prestigieuses, et, surtout, d’exhiber des impact factors impressionnants.

robeDosLa science économique n’échappe pas à ces impératifs de la science moderne. Engendrée par le capitalismeet pour le capitalisme (Marx), la science économique produit non seulement une grande masse d’articles de revues, mais aussi une multitude de CV à l’image de cette discipline, et sujets aux nombreux impératifs de celle-ci.
Continuer à lire … « Méthodes avancées d’extension du curriculum vitae »

Éditorial du N° 2

Déjà le numéro deux ! Le succès populaire du premier numéro de Déconnométrica s’est prolongé avec plusieurs soumissions de haut niveau, dont certaines ont été retenues et font l’objet de cette seconde livraison.

Les vacances approchant plusieurs articles retenus traitent du sujet : le transport vers le sud, avec le projet de viaduc Mai-Août, et le lieu de vacance par excellence : la plage. Leur lecture vous invitera à multiplier vos observations et à approfondir votre réflexion sur les tenues vestimentaires féminines idoines, avant de vous endormir au soleil, l’esprit au repos.

Nous indiquions dans l’éditorial du premier numéro que : « Afin de satisfaire aux standards les plus exigeants de la Profession en termes d’aveuglement moutonnier, les textes publiés dans déconnométrica le sont généralement de manière anonyme, et seuls les noms des rapporteurs sont éventuellement livrés au public. » Cette position de principe a pu heurter, et il est vrai qu’elle négligeait peut-être hâtivement certains traits psychologiques répandus parmi nos honorables collègues. Plusieurs textes de ce numéro sont donc signés, et vous aurez plaisir à reconnaitre certains de vos auteurs préférés : Germaine de Clidu, Jacques-Francis Lemieux, Monica Bartolucci… En tout cas, eux aiment ça.

Le comité éditorial accepte toujours les chèques et, plus que jamais, la revue ne souhaite recevoir aucune information concernant les soutiens financiers dont auraient bénéficiés le ou les auteurs.

Bonnes vacances, bonnes lectures, et n’oubliez pas de soumettre vos meilleurs pages à la revue, et de citer abondamment ses articles.


Télécharger le Numéro 2: DekaNo2_2018_06_20

L’évolution des comportements sociaux

Par Madame le Professeur Germaine de Clidu

Emeritus Professor in Deconnometrics[1]

(Première version proposée en 1938, 128ème version acceptée le 25 Décembre 2017 [2])

1 – Comme le remarque Dennett (1984), la question du libre arbitre est une des questions philosophiques qui peut difficilement être évitée. Si cette dernière nous préoccupe autant, c’est parce qu’elle touche à des questions profondes et centrales concernant notre situation dans l’univers. Et ces questions n’ont cessé de nous préoccuper malgré les efforts déployés par les philosophes pour nous persuader que certains des épouvantails qu’ils ont inventés pourraient en constituer une réponse.

L’un de ces épouvantails reposerait sur la considération suivante : si le déterminisme est vrai, si tous les événements physiques sont déterminés par la somme de tous les événements qui les ont précédés, de quelle manière pourrions-nous être libres de nos choix ? Il semblerait alors que nos processus de délibération ne pourraient être que mécaniques, nous conduisant à nous comporter comme des automates, de la même façon que les insectes.

Continuer à lire … « L’évolution des comportements sociaux »