Hydroxychloroquine et trottinette

Homage admiratif au merveilleux article publié par nos confrères toubibs sous le titre alléchant «SARS-CoV-2 was Unexpectedly Deadlier than Push-scooters: Could Hydroxychloroquine be the Unique Solution?». On recommande chaleureusement la lecture de ce monument. Comme l’indique le résumé:

ATTENTION ! Cet artilce n’est pas un artilce sur le cyclimse. Pour le détail, vous pouvez lire ce billet de blog.

Bricmont et Sokal s’attaquaient aux sciences molles, le Asian Journal of Medecine and Health démontre que les sciences dures ne sont pas à l’abri des faussaires. Heureusement qu’il nous reste l’économie !

Du côté des artistes : Nouvelles de la scène poétique et musicale

C’est en toute discrétion et sans annonce tonitruante que les Sardouilles se sont invités, le 9 Juin 2019 dans l’émission de Jean-Pierre Boris sur Radio France Internationale Eco d’ici, éco d’ailleurs pour un épisode intitulé « L’économie est-elle soluble dans l’humour ? » (Pour l’écouter, cliquez ici ou sur le logo). Leur prestation a au moins permis de mettre en valeur les vrais artistes participant à l’émission : le groupe Les Goguettes en trio (mais à quatre).

Humour raffiné, textes tranchants, idées neuves, accompagnement musical sobre et précis, voix justes, ces jeunes gens talentueux n’ont peur de rien et s’attaquent avec succès aux plus grands problèmes économiques et sociaux : la politique fiscale, le chômage classique, la relance keynésienne, les passages piétons…

Plus que jamais s’applique le dicton : « La critique est aisée, l’art est difficile. » Jean-Pierre Boris et Jézabel Couppey-Soubeyran, stimulés par une partie du comité de rédaction de Déconnométrica ont pu aller au fond des choses, sans tabou : La dé-pensée est-elle nécessairement critique comme la déconnomie est paradigmatique? La musique est-elle aisée ? L’économie est-elle un art ? mineur ou Majeur ?